Donnez vie à vos vacances !

La forêt de Tronçais

Guide tourisme, vacances & week-end dans l'Allier

La forêt de Tronçais - Guide tourisme, vacances & week-end dans l'Allier
8.1
12

D'une superficie de 10 600 hectares, la forêt domaniale de Tronçais, composée principalement de chênes sessiles, est l'une des plus belles futaies de chênes d'Europe. Lieu de choix pour nombre d'animaux, tels que cerfs, chevreuils, sangliers, chouettes hulottes, buses variables ou encore aigles bottés, ce vaste territoire présente en outre la particularité d'abriter en sa futaie Colbert des arbres classés remarquables, parmi lesquels le chêne Stebbing, les chênes jumeaux, le chêne Sentinelle, tous âgés de plus de 300 ans !

Au coeur de la forêt, cinq étangs contribuent également à la beauté des lieux : étang de Morat, étang de Saint-Bonnet-Tronçais, étang de Saloup, étang de Pirot et étang de Tronçais. L'étang de Saint-Bonnet-Tronçais, d'une étendue de 45 hectares, accueille une base de loisirs, proposant baignade surveillée en juillet et août, toboggans aquatiques, pédalos, mini-golf, tir à l'arc, tennis, pêche, jeux pour enfants…

Havre de paix et de ressourcement, la forêt de Tronçais, sillonnée de multiples chemins, est idéale pour s'adonner à la marche à pied, au VTT, à l'équitation, ou tout simplement à l'observation de la faune et de la flore.

En automne, les amateurs ne manqueront pas de partir à la cueillette aux champignons ou d'écouter le fameux brame du cerf !

Informations complémentaires
La forêt de Tronçais

Au contact du Berry et du Bourbonnais, la forêt de Tronçais, étale ses quelques 10 000 hectares de chêne qui font de cette merveille verte en Bourbonnais, la plus grande chênaie d'Europe, une oasis de fraîcheur à l'ombre de ses chênes plus que vénérables. Il est fort agréable, dans ce monde de verdure, d'aller de "rond" en "rond", à la recherche de la fontaine Viljot, de la chapelle de Saint-Mayeul, des forges de Tronçais, de la ligne des Génois ou de la futaie Colbert, en appréciant, selon la course du soleil, les clartés changeantes, sous la feuillée des grands arbres dont certains portent des noms : chêne de la Résistance, chêne Stebling...

La forêt de Tronçais, après avoir été administrée par les ducs de Bourbons, fut confisquée en 1527 avec les autres terres du Connétable. Mal surveillée, laissée à l'abandon aux XVIe et XVIIe siècles, elle subit une lente dégradation. L'abattage incontrôlé des arbres fit que les trois quarts de la forêt étaient ruinés. Pour répondre aux besoins actuels et futurs du pays en bois de marine, Colbert entreprit de protéger et réensemencer la forêt royale en chênes. Ces nouvelles séries aménagées ne devaient être exploitées qu'à l'age de 200 ans. En 1788, l'ouverture des forges de Tronçais entraîna une nouvelle destruction de la forêt et son retour à l'état de taillis sous futaie sur les deux tiers de sa surface en vue de la production de charbon nécessaire à la fabrication de la fonte. En 1832, des mesures conservatrices furent prises et la forêt fut de nouveau aménagée en futaie pleine, exploitable à l'âge de 160 ans. Cet âge fut porté à 180, puis à 225 ans en 1928.

La forêt de Tronçais est découpée en séries, elles-même divisées en parcelles. Elle est composée au 7/10ème de chênes, puis de hêtres et de pins sylvestres, ces derniers étant surtout présents à l'ouest et au centre de la forêt. La production de bois d'œuvre de grande qualité demeure l'activité principale. Pour atteindre un tel épanouissement, les chênes les plus prometteurs doivent, durant toute leur croissance, être entourés par d'autres arbres peu à peu dégagés par des coupes d'amélioration successives.

Il n'y a pas si longtemps, on pouvait dire que cette forêt naviguait sur toutes les mers du globe. Colbert, à la demande de Vauban qui désirait réserver les plus beaux chênes à la marine royale, en aménagea rationnellement l'exploitation. Aujourd'hui encore, on trouve quelques parcelles de cette époque : les "futaies Colbert". Plus tard, les chênes de Tronçais servirent pour les charpentes du Louvre.

De nos jours, le chêne de Tronçais est particulièrement apprécié en tonnellerie pour la maturation des vins de Bordeaux et son exceptionnelle qualité a permis aux tonneliers charentais de fabriquer des fûts destinés au vieillissement des plus grands cognacs. Les chênes de qualité moindre sont transformés en bois de charpente ou utilisés pour le bois de chauffe.

Certains chênes, vieux de près de trois siècles atteignent jusqu'à deux mètres de circonférence et peuvent culminer, tel le chêne de la Résistance, a plus de quarante mètres de hauteur. Ils portent, pour certains, le nom d'une personnalité : chêne Charles-Louis Philippe... Chêne Emille Guillaumin.

En cette forêt de Tronçais, l'eau est partout présente avec ses étangs bleus aux allures de Sologne sur les bords desquels il est agréable de se promener : Tronçais, Saloup, Saint-Bonnet, Pirot ou Morat qui, avec leur force motrice, ont permis l'installation de forges au XVIIIe siècle.

Une industrie métallurgique puissante y a donc vu le jour. La forêt a ainsi joué un rôle décisif dans l'économie régionale et donné naissance à la grande industrie montluçonnaise.

Si elle est un privilège pour les hommes, la forêt de Tronçais l'est aussi pour les animaux. Cerfs, sangliers, martres et putois y côtoient quelques rares chats sauvages que le promeneur surpris peut encore rencontrer dans les allées ou près des étangs à la nuit tombante.

Entretenue, protégée, la forêt est un formidable lieu de promenade, de découverte de la nature et de la faune. Une grande partie est d'ailleurs zone de silence, entre les ronds du Gardien et de la Grande Borne, à proximité de la fontaine Viljot, où l'on ne pénètre qu'à pied, à cheval ou à vélo.

La légende de la fontaine Viljot : Au cœur de la forêt, proche de la zone de silence, la fontaine Viljot rappelle l'existence d'une villa gallo-romaine. La légende prétend qu'une véritable cité se trouvait à l'emplacement de la fontaine. Elle disparut, engloutie dans la tourbière. La nuit de Noël, en se penchant sur l'eau, on entendrait le sourd carillon des cloches de l'église disparue.

Une autre légende veut que les jeunes filles qui désirent se marier, lancent une épingle dans la fontaine. Si l'aiguille se plante au fond, la jeune fille "a piqué un coeur". Plus sûrement, dans son eau limpide, on apercevra les pièces d'argent jetées par les jeunes filles désireuses de trouver un mari ou par tout autre visiteur ayant fait un vœu.

Forêt de Tronçais (© Jean Espirat)
Forêt de Tronçais (© Jean Espirat)
Voir la photo
Allée forestière (© Jean Espirat)
Allée forestière (© Jean Espirat)
Voir la photo
Allée forestière (© Jean Espirat)
Allée forestière (© Jean Espirat)
Voir la photo
Fontaine de Viljot (© Jean Espirat)
Fontaine de Viljot (© Jean Espirat)
Voir la photo
Fontaine de Viljot (© Jean Espirat)
Fontaine de Viljot (© Jean Espirat)
Voir la photo
Le chêne carré (© Jean Espirat)
Le chêne carré (© Jean Espirat)
Voir la photo
Le chêne carré (© Jean Espirat)
Le chêne carré (© Jean Espirat)
Voir la photo
Informations sur le chêne carré (© Jean Espirat)
Informations sur le chêne carré (© Jean Espirat)
Voir la photo
Chêne Louis-Philippe (© Jean Espirat)
Chêne Louis-Philippe (© Jean Espirat)
Voir la photo
Chêne Chevalier (© Jean Espirat)
Chêne Chevalier (© Jean Espirat)
Voir la photo
Chêne Guillaumin (© Jean Espirat)
Chêne Guillaumin (© Jean Espirat)
Voir la photo
La  Sentinelle (© Jean Espirat)
La Sentinelle (© Jean Espirat)
Voir la photo
La Sentinelle (© Jean Espirat)
La Sentinelle (© Jean Espirat)
Voir la photo
Les Jumeaux (© Jean Espirat)
Les Jumeaux (© Jean Espirat)
Voir la photo
Les Jumeaux (© Jean Espirat)
Les Jumeaux (© Jean Espirat)
Voir la photo
Chapelle Saint-Mayeul (© Gérard Charbonnel 2014)
Chapelle Saint-Mayeul (© Gérard Charbonnel 2014)
Voir la photo
Chêne Emile Guillaumin (© Gérard Charbonnel 2014)
Chêne Emile Guillaumin (© Gérard Charbonnel 2014)
Voir la photo
Chêne de la Résistance (© Gérard Charbonnel 2014)
Chêne de la Résistance (© Gérard Charbonnel 2014)
Voir la photo
Fontaine de Viljot (© Gérard Charbonnel 2014)
Fontaine de Viljot (© Gérard Charbonnel 2014)
Voir la photo
Chêne Stebbing (© Gérard Charbonnel 2014)
Chêne Stebbing (© Gérard Charbonnel 2014)
Voir la photo
Etang de Tronçais (© Gérard Charbonnel 2014)
Etang de Tronçais (© Gérard Charbonnel 2014)
Voir la photo
Jean Espirat et Gérard Charbonnel ont contribué à ces informations complémentaires. Si vous connaissez La forêt de Tronçais, vous pouvez vous aussi ajouter des informations pratiques ou culturelles, des photos et des liens en cliquant sur Modifier

Idées de visite